Mythes, Western et propriété intellectuelle

Série «Droit sur l’art»

Appropriation culturelle et liberté d’expression : la propriété intellectuelle à l’heure de la réconciliation

L’imitation est peut-être parfois une forme de flatterie, mais elle peut être aussi un acte de domination voire de spoliation. On emprunte pour parodier, pour critiquer, mais on copie aussi pour profiter. Nos lois sanctionnent le contrefacteur quels que soient les motifs de son acte. Pourtant, dans le cas de l’art premier, de l’art autochtone et du savoir traditionnel, il semble que l’emprunt demeure souvent impuni. Nous chercherons à expliquer pourquoi. De la coiffe traditionnelle utilisée comme enseigne à la commercialisation industrielle de recettes médicinales locales, la propriété intellectuelle doit-elle aussi prendre le chemin de la réconciliation?

Pierre-Emmanuel Moyse, professeur, Faculté de droit, Université McGill et directeur du Centre des politiques en propriété intellectuelle

et Marie-Josée Parent, directrice générale, DestiNATIONS : Carrefour International des Arts et Cultures des Peuples autochtones

Cliquez ici pour être redirigés vers sur le site du musée.

This content has been updated on November 14, 2017 at 16:51.

Comments

Laisser un commentaire